Contenu éphémère et intelligence artificielle, Jessy Hanzo, Bot Maker chez Voyage Privé nous éclaire sur ces nouvelles technologies mobiles

Contenu éphémère et intelligence artificielle, Jessy Hanzo, Bot Maker chez Voyage Privé nous éclaire sur ces nouvelles technologies mobiles


Devenu le canal le plus stratégique d’accès aux clients, le mobile est voué à se doter de technologies toujours plus innovantes. Parmi elles les applications et le contenu éphémère ainsi que l’intelligence artificielle. Pour en savoir plus sur ce qui fera l’expérience mobile de demain, nous avons rencontré Jessy Hanzo, Bot Maker chez Voyage Privé.

Les apps et le contenu éphémères

Qu’est-ce que cela change dans l’expérience mobile ?

Une application a aujourd’hui une durée de vie limitée, elle doit sans cesse se renouveler et être à la pointe des nouvelles tendances et technologies. Sans quoi, elle risque d’être rapidement désinstallée. C’est donc dans un contexte d’app éco-responsable que les instants apps peuvent apporter une réponse. Fonctionnalité disponible sur plus de 500 millions de devices Android (source Google août 2017), les Instants Apps permettent aux utilisateurs de tester une application sans devoir la télécharger. Cela représente donc un point d’accroche exceptionnel pour les clients en leur apportant une expérience native pure et fluide. Mais il faut bien comprendre que les instants apps ne se limitent pas à une simple vitrine, nous pouvons également imaginer par exemple un nouveau parcours utilisateur plus simple permettant d’accéder à un canal d’achat dédié. On comprend alors parfaitement que les instants apps permettent de penser différemment son canal d’achat. L’installation d’une app devient alors une démarche transparente avec l’utilisateur et ce dernier comprend en l’installant ce que cela peut lui apporter.

Est ce que les apps sont vouées à disparaître ?

Les apps ne disparaitront pas tant qu’il y aura des smartphones, tout du moins au sens où nous les connaissons aujourd’hui. L’application telle qu’elle est aujourd’hui a la fantastique capacité d’apporter un contenu de marque adapté à la partie logicielle du téléphone. Aujourd’hui, nous composons avec 2 OS monopolisés par Apple et Google. Même si un rapprochement des langages de développement pourrait un jour se faire (exemple du langage Swift), il est très peu probable de voir un rapprochement logiciel. Cela contraint donc les développeurs à utiliser deux architectures différentes afin d’apporter des solutions aux plus proches des contraintes des OS. L’app native ne pourra donc disparaitre de sitôt. Mais qui dit architectures différentes dit forcément coûts plus importants de développement et de maintenance que certaines entreprises ne peuvent pas se permettre. Le foisonnement de développeurs web laisse donc imaginer que le marché autour de ces technologies va continuer également de perdurer. Sans arriver à une expérience aussi riche que des apps natives exploitant toutes les ressources matérielles, de nouveaux composants se développent et apportent des expériences jusqu’alors inédites sur des technologies « webapps », la Progressive Web App en est un parfait exemple. Aussi, les navigateurs mobiles se perfectionnent et interagissent aujourd’hui beaucoup mieux avec le device. Mais il y encore du chemin à parcourir afin d’avoir des navigateurs qui supportent les différentes composantes hardware, exemple du Bluetooth qui n’est aujourd’hui accepté que par très peu de versions de navigateurs.

                                             Voyage Privé

L’Intelligence Artificielle

Quel est l’avenir de IA dans les applications mobiles ?

L’intelligence artificielle est un sujet vendeur et qui plait aux utilisateurs/éditeurs. Le problème est qu’aujourd’hui tout le monde utilise ce terme dans un but marketing, parfois simplement pour parler de recommandation client. Il faut rappeler que les premières théories mathématiques sur lesquelles se basent l’IA datent des années 90. Nous en parlons aujourd’hui uniquement car les puissances de calcul nous permettent d’envisager une IA à portée de doigts. La seule différence entre aujourd’hui et il y a 30 ans, c’est la rapidité d’exécution de nos algorithmes, et sur ces sujets seuls les centres de recherche des GAFA et autres instituts de recherche rivalisent en recrutant les meilleurs chercheurs, Yann le Cun pour Facebook, John Giannandrea chez Apple… Le fait est que l’IA est présente aujourd’hui dans notre quotidien. La question est donc plutôt de savoir comment sera-t-elle mise en œuvre demain ? Mais pour cela il ne faut pas raisonner en terme de technologie mais plutôt utilisateur : l’usage de demain sera à coup sûr tourné vers une expérience utilisateur personnalisée en temps réel (recommandations, interactions voix, texte, …). Apple et Google l’ont parfaitement compris et ont décidé l’année dernière de mettre à disposition des développeurs des SDKs dédiés : Core ML pour Apple et TensorFlow pour Android. Il est donc aujourd’hui plus facile d’intégrer de l’intelligence à nos applications. A tel point que créer une application pour classifier des objets ne prend aujourd’hui plus que quelques heures. A l’avenir l’utilisation de ces SDKs sera transparente pour l’utilisateur qui aura simplement l’impression d’avoir la bonne information au bon moment.

Quel est l’IA la plus développée sur le mobile ?

La question est de savoir ce que nous entendons par IA. Concernant la solution technique la plus complète pour les entreprises, il s’agit sans nul de la solution Watson d’IBM qui permet d’avoir accès à un nombre incroyable de fonctionnalités, quitte parfois à s’y perdre un peu. Mais encore une fois, seuls les GAFA semblent aujourd’hui en mesure d’apporter des solutions complètes aux développeurs. En ce qui concerne maintenant l’expérience utilisateur, comment ne pas parler de Amazon qui propose sans nul doute l’expérience client la plus aboutie en terme d’IA avec un contenu ultra personnalisé. Mais l’intelligence d’Amazon ne se limite pas à l’expérience client, elle permet une meilleure industrialisation en permettant par exemple une distribution des entrepôts intelligente en fonction des visites utilisateurs notamment.

Quels avantages pour l’utilisateur/ la marque ?

Pour le client, proposer le bon produit et au bon moment de la façon qui lui est la plus naturelle. Pour la marque, les enjeux sont multiples. Tout d’abord montrer qu’elle a compris les attentes des consommateurs. Comme la nouveauté amène la réflexion, cela permet également à la marque de penser différemment le parcours d’achat en amenant un nouveau canal par exemple, les bots en sont le parfait exemple. Enfin, en interne de la marque, une automatisation intelligente permet d’optimiser les process internes avec une meilleure industrialisation et des outils plus efficaces.

Quelles contraintes ?

D’un point de vue gouvernance de la donnée, depuis plusieurs années déjà les professionnels du secteur répètent que ces sujets sont sensibles au public qui sera par nature méfiant. C’est pourquoi il faut créer un cadre légal, la RGPD est une première étape mais ne résout pas toutes les problématiques et n’est qu’européenne, il y a encore beaucoup de travail. Ensuite, lorsque nous parlons d’IA, les personnes imaginent des films de science-fiction des années 80 où la machine contrôle l’espèce humaine. La faute aux gros titres vendeurs qui utilisent ce terme « IA » dans un but marketing. Il faut désormais faire la part des choses avec la réalité : aujourd’hui la machine n’est capable d’apprendre que dans les contextes bien définis dans lesquels elle a été programmée, elle n’est en aucun cas capable de sortir elle-même de son périmètre. Exemple de contexte : jouer au jeu de Go, négocier une affaire, reconnaitre des images, détecter une fraude, proposer le voyage… Ensuite, bien que nos capacités de calcul soient toujours plus performantes, les solutions capables de traiter des informations en temps réel ne sont pas si répandues. On imagine alors 2 solutions : soit améliorer encore plus les capacités de nos devices, mais nous arriverons vite à la limite théorique de nos puces, soit dématérialiser cette IA dans le cloud ce qui permettra alors de bénéficier de puissances de calcul délocalisées. Mais ce dernier cas passe nécessairement par l’amélioration de la qualité de notre réseau mobile afin que nos téléphones soient capables de communiquer n’importe où et instantanément avec n’importe quel serveur au monde.


Pour tout connaître sur l’avenir des technologies mobile, rendez-vous les 14 et 15 novembre prochains aux Docks de Paris pour MobileOne, la conférence 100% mobile. The European Mobile Conference

Il est 1 commentaire

Add yours